Un laboratoire orthopédique en Afrique

Notre nouveau site est en ligne!
28 novembre 2017
Nous renouvelons notre soutien à Dynamo Camp
17 janvier 2018

Durant l’été 2017 Tommaso Mombelli a passé une semaine dans notre usine de fabrication de chaussures à Castell’Arquato pour apprendre les rudiments nécessaires pour la réalisation de semelles et de chaussures orthopédiques.

Le motif ? L’idée de Tommaso est d’ouvrir un laboratoire orthopédique dans l’hôpital de la mission salésienne de Kidane Mehret à Adwa, en Éthiopie septentrionale où il travaille et où les sœurs de Marie Auxiliatrice dirigent une communauté.
Le rêve de la mission est de produire des sandales et, avec le temps, des pantoufles et des chaussures sur mesure
pour tous ceux qui ont du mal à marcher.

« Avec la Mission – raconte Tommaso – nous avons contacté différentes sociétés italiennes en leur demandant si elles étaient disposées à nous aider. La société Molinari a immédiatement répondu. Ils nous ont appris les éléments de base pour modeler des chaussures. Quand je serai à Adwa, en Éthiopie, je réaliserai un moulage du pied et en fonction de la forme, on pourra produire une sandale personnalisée pour chaque patient présentant des problèmes moteurs.
Cela peut sembler une banalité, mais en Afrique un grand nombre de personnes ne parviennent pas à marcher. Certaines ont des chaussures, c’est vrai, mais beaucoup d’autres ne marchent pas parce qu’elles ne disposent pas des chaussures en mesure de résoudre leurs problèmes orthopédiques. Je remercie Ivana Molinari pour la possibilité qu’elle m’a accordée – conclut Tommaso – et pour tout le matériel qu’elle nous a offert pour la réalisation des sandales ».

Le laboratoire démarrera en janvier 2018 avec l’ouverture de l’hôpital et Tommaso choisira également un collaborateur local à former.

« Pour compléter le projet – affirme Tommaso – ce serait merveilleux si une fabrique à chaussures de la région de Brescia nous fournissait quelques machines indispensables pour la fabrication, comme une ponceuse, une presse à vide pour les semelles et une machine pour coudre le cuir ».

Nous faisons volontiers écho à l’appel de Tommaso dans l’espoir que d’autres usines répondent à l’invitation. En ce qui nous concerne, nous sommes vraiment orgueilleux d’avoir pu prendre part à ce projet : nous souhaitons à Tommaso et à toute la mission bonne chance pour le futur.

 

 

 From newspaper of 14/09/22017.

Français